Alexis
écrit à

   


Achille

     
   

Ton armure

    Très cher Achille,

À qui vas-tu léguer ton armure? À Ulysse ou à Ajax? À qui obéis-tu le plus? À Agamemnon ou à Ménélas?

Alexis, 10 ans


Salut à toi, Alexis!

Quel plaisir que de recevoir un message d'un jeune homme tel que toi. Tu as déjà quitté depuis quelques années le quartier des femmes pour celui des hommes et je n'ai pas besoin de te traiter en enfant, n'est-ce pas?

Ta question m'étonne, mais elle est extrêmement intéressante. À qui léguerais-je mes armes après ma mort? Certainement pas à Ulysse, roi d'Ithaque! Il est peut-être nourrisson de Zeus, mais il n'a aucun lien avec ma famille et ne fait pas partie des amis les plus chers à mon coeur. Il est certes fort rusé, mais je n'aime pas les hommes dissimulateurs.

Ajax le Grand, fils de Télamon, mon cousin, pourrait les porter sans honte. Nous partageons une ascendance commune et son bras fut toujours dévoué à ma cause. Du temps où je combattais sur la plaine, il était toujours près de moi. Et je sais que si je tombais sous l'épée d'un ennemi, il n'hésiterait pas à mettre sa sécurité en péril pour sauver ma dépouille.

Avant tout, je voudrais que mes armes appartiennent à mon compagnon Patrocle. Et si aucun de mes amis chers à mon coeur ne survivait à cette guerre, j'aimerais encore mieux que mes armes soient renvoyées à la maison de mon père, Pélée, plutôt que de choir entre les mains d'un roi éloigné de ma famille.

Ne crains rien, mon jeune ami, mes armes sont en sécurité dans ma baraque et il n'est pas encore venu le jour où ma mort me séparera d'elles.

Pour répondre à ta deuxième question, sache que je n'obéis à personne. Ni à Ménélas, et surtout pas à Agamemnon. N'as-tu donc pas eu connaissance de la querelle qui nous oppose?

Que les dieux t'assistent en toutes choses!

Achille


Salut Achille au pied léger!

Comment vis-tu au camp des Grecs (que fais-tu au lieu de te battre)? Comment s'est passée ton enfance? Ma mère aimerait savoir: n'as-tu aucun regret d'avoir tué Hector?


Heureux d'entendre à nouveau ton nom, ô Alexis!

Tu veux savoir ce que je fais? Mais je me distrais avec mes hommes, nous organisons des combats, des courses, des concours d'arc, ainsi de suite. Je vais aussi chasser sur le mont Ida ou plus loin dans les royaumes avoisinants. Parfois, je pille une cité ou un navire imprudent rempli d'une riche marchandise. Je banquette aussi avec mes compagnons, les grands princes ou plus simplement seul avec mon fidèle et bien-aimé ami, Patrocle. Et je réponds aux messages de ceux de ton monde.

Mon enfance fut fort heureuse, en grande partie. De la naissance à l'âge de sept ans, je fus élevé chez mon père, le roi Pélée, dans la cité de Larissa, dans le royaume de Phthie, en Thessalie. Phénix, mon précepteur, s'occupait de mon instruction. Il est le meilleur des hommes. J'ai passé des moments si heureux en sa compagnie. Ma mère, la déesse Thétis, n'est pas demeurée avec nous, elle est retournée au royaume marin de son père. J'aurais aimé l'avoir près de moi. Si j'eus un chagrin, ce fut celui-là.

À sept ans, je fus confié par ma mère au centaure Chiron qui devint mon maître. Il m'enseigna la médecine, la musique, les arts, le discours, le combat, la chevauchée. Mon entraînement fut extrêmement difficile. Il me nourrissait de coeur, de cervelle et de moelle de lion, de tigre, d'ours et de sanglier. Je devins vite un jeune homme fort dangereux à rencontrer sur une route déserte.

Mais déjà, je n'étais plus un enfant… Mon enfance, ce fut ce temps béni où j'écoutais le récit des hauts faits des dieux et de certains mortels, d'avoir souvenance qu'on me portât à ma couche lorsque, épuisé, je m'endormais pendant un banquet.

Maintenant, dis à ta mère:

Femme à la progéniture magnifique, je n'ai pas tué Hector. Peut-être le tuerai-je dans le futur, je ne le sais pas. Une chose est certaine, si je désunis ses membres, je n'en ressentirai aucun regret. La guerre est faite de morts et de pleurs. Hector au casque scintillant est un guerrier redoutable et il a déjà lui-même envoyé chez Hadès nombre de mes compagnons d'armes. Je ne vois pas pourquoi je l'épargnerais, ni pourquoi je regretterais sa mort, de ma main ou d'une autre. Il est le prince héritier de Troie. Si Troie est prise, il devra périr. Cela, il le sait. Pareillement, si Hector mettait le feu à mes navires creux, je ne crois pas qu'il me proposerait de loger chez lui en attendant que mes hommes en aient construit d'autres. Tu comprends?

Aussi, ton fils est un être fantastique. Prends grand soin de lui.

Que les dieux veillent sur toi, ami Alexis!

Achille