Matthieu
écrit à

   


Achille

     
   

Rapport de voyage

    Salut à toi Achille aux cheveux d'or!

Au cours d'un de mes voyages, en dérivant près de la Colchide, sur la rive septentrionale de cette mer inhospitalière, j'ai touché une petite île, l'île d'Achille. Tu le sais: ta mère, Thétis, passe pour t'y avoir élevé. L'île, inhabitée aujourd'hui, ne nourrit que des chèvres. Elle contient un temple à ta gloire. Les mouettes, les goélands et le battement de leurs ailes imprégnées d'humidité marine rafraîchissent continuellement le parvis du sanctuaire. Mais cette île d'Achille, comme il convient, est aussi l'île de Patrocle. Et les innombrables ex-voto qui décorent les parois du temple sont tantôt dédiés à Achille, tantôt à ton ami car, bien entendu, ceux qui aiment Achille chérissent et vénèrent la mémoire de Patrocle. On dit que tu apparais toi-même en songe aux navigateurs qui visitent les parages. Et l'ombre de Patrocle apparaît aux cotés d'Achille... Maintenant je voudrais savoir, guerrier implacable, ce que tu penses de ton descendant Megas Alexandros, lui qui est ton héritier par sa mère Olympias? A-t-il mérité de toi par ses exploits? (Je te prie , si tu veux bien me répondre, d'envoyer ta réponse à roubert [at] mageos.com, merci d'avance!)


Le dernier message qui t'est destiné est de Matthieu. Pardonne-moi d'avoir oublié de me présenter. Entre gentilshommes, cela ne se fait pas! Mes salutations, puissant guerrier!


Khairé Matthieu!

Quel beau récit tu as eu la grâce de m’offrir. Le divin fils de Méneotios, mon bien-aimé compagnon, est heureux de savoir que nos âmes demeureront unies chez l’Hadès.

Tu as raison, qui aime Achille, aime Patrocle et ceux qui aiment Patrocle, Achille les aime. Je peux donc t’appeler ami.

Je ne connais pas cette île dont tu me parles et bien que je sois ravi qu’un temple m’y soit dédié, je m’étonne qu’en Colchide, ce pays de sauvages, ma mémoire y soit si bien conservée.

Je suis né à Larissa, bordée par les eaux du Pénée. Ma mère n’est restée que quelques jours près de moi, avant de m’abandonner aux soins de mon père, en son royaume de Phthie. Il est étonnant, noble ami, de constater à quel point mes origines et mon enfance furent déformées par votre peuple.

Je n’ai malheureusement pas eu la chance de beaucoup voyager. Je suis arrivé bien jeune en Troade et si j’ai parcouru toute la côte, je ne me suis pas éloigné de la mer Égée à l’intérieur des terres.

Pour ce qui est d’Alexandre le Grand, je ne le connais pas. Tu dis qu’il est mon descendant par sa mère Olympia? Descendent-ils de mon fils, Néoptolème? J’espère que tu pourras m’informer à ce sujet.

Que les dieux te chérissent!

Achille


Salut à toi Achille, roi des Myrmidons!

Toi qui fut le modèle de toute éducation grecque. Lorsque ton heure sera venue, tu ne manqueras pas de rencontrer l'ombre d'Alexandre le Grand chez Hadès, l'implacable frère de Zeus!

Ce roi Macédonien fut en effet, d'après une légende tenace, entretenu par la famille de sa mère Olympias, fille du roi d'Epire, un de tes descendants. Tandis que par son père le très puissant Philippe II il serait issu de la lignée d'Héraclès! Comme tu le vois les ramifications généalogiques sont difficiles à débrousailler, surtout en matière de légende!

En tout cas, cet Alexandre fut sans conteste, d'après les historiens héllénistiques, un roi ayant atteint et même dépassé ta propre gloire! Songe un peu qu'il a conquis tout l'empire des Perses, qu'il a défait le roi des rois à Granicus, Issos et enfin Gaugamèles. Songe un peu qu'il est resté invaincu même en Inde, suivant en cela son ancêtre Héraclès ou Dionysos je ne sais plus... En tout cas il a effectué cela à la tête d'une armée, tandis que toi tu détruis les Troyens par ton seul glaive d'airain! Cependant soit indulgent face à ce roi de lumière qui n'oublia pas et mit un point d'honneur à offrir un sacrifice à ta gloire lorsqu'il passa à Illion en Troade, au début de son expédition!

L'ile dont je t'ai parlé se trouve dans le Pont-Euxin et fut découverte avant moi par Arrien (général romain de race grecque, au service de l'empereur Hadrien (largement après ta naissance)).

Je voudrais savoir si, en participant à cette guerre qui fut, sache-le, l'une des premières du monde connu, tu avais conscience ou non que ta propre gloire était le jouet de la volonté des dieux? Car la guerre a ce quelque chose d'universel, que lorsque la machine est lancée, toutes sortes de rebondissements apparaissent. Et le rôle des dieux qui interviennent dans l'histoire pour relancer un conflit que les hommes cherchent à arrêter, est sans doute de montrer à quel point les événements échappent au contrôle des combattants. Qu'en penses tu?

Pardonne cette lettre un peu longue qui doit t'empêcher de livrer ton prochain assaut. Et en attendant ta réponse, ô meilleur guerrier des grecs, merci!

Matthieu (au fait est-ce là ton armure? elle doit-être bien incomode!)

NDR: Une image d'une armure accompagnait le texte.


Khairé Matthieu!

Je suis satisfait de tes commentaires sur mon descendant. Je tiens à préciser du moins que ces exploits ne peuvent être comparés aux miens pour la seule et bonne raison que je suis encore bien jeune. Je n'ai que 24 ans et j'ai accosté en Troade à l'âge de 15 ans. Cette guerre-ci, qui envoie tant d'homme chez l'Hadès, est ma toute première participation à une guerre réelle et significative. On dit que je mourrai sous les remparts d'Ilion la bien bâtie. Peut-être… si je reste. Mais une chose est certaine, si je meurs, ce sera bien injuste de subir ensuite une comparaison avec un homme qui aura bénéficié d'une vie plus longue. Quoi qu'il en soit, par Zeus, je suis heureux de savoir que cet Alexandre aux pouvoirs étendus vint me rendre hommage sur mon tombeau. C'est une bonne chose.

Tu délires, ami, quand tu parles de la guerre de Troie comme étant la première du monde connu. Ce n'est même pas la première guerre qu'a subi la sainte cité d'Ilion. Aurais-tu oublié la guerre d'Ilion contre les Lydiens à cause du rapt de Ganymède, échanson des dieux? Et celle d'Héraclès contre les Troyens due à la fourberie de Laomédon? Et que dire de la guerre des Sept qui opposa les Argiens aux Thébains et qui mena au double fratricide? Et les descendants de ces chefs-là qui attaquèrent Thèbes et que l'on nomme les Épigones? Ce furent de grandes et sanglantes guerres! Il y aurait tant d'affrontements mémorables à nous raconter que nous y passerions les dix prochaines années! Enfin, je tiens à te rappeler que la toute première guerre du monde fut celle de Zeus et de ses alliés contre Cronos et de la création subséquente de l'Olympe.

Oui, nous les mortels sommes soumis à l'influence et aux actions des dieux. Ce qui est tout à fait normal! Ils ont préséance sur nous grâce à leur nature divine. Cependant, les Immortels sont également sous l'emprise d'une puissance supérieure à la leur: le destin. Même les dieux doivent en subir les effets parfois indésirables. Si les événements échappent effectivement au contrôle des guerriers, il n'en demeure pas moins que cela se produit aussi pour les dieux.

Les dieux interviennent, car, comme nous, ils aiment certains peuples et en détestent d'autres. Poséidon, qui nous soutient, a toujours gardé une rancune envers les Troyens depuis l'époque de Laomédon. Apollon a un faible pour les Troyens, va savoir pourquoi, car par eux il fut aussi trompé. Héra affectionne Agamemnon, car elle est la dame d'Argos. Aphrodite protège ses favoris, Alexandre et Hélène, et le fils qu'elle a eu d'Anchise, Énée. Arès excite les deux partis, se réjouissant des cadavres des Troyens comme de ceux des Grecs, sans distinction. Et Zeus… il favorise les Troyens pour m'honorer et, lorsque ce sera chose faite, il favorisera notre armée afin que nous prenions Troie aux hauts remparts. Pourquoi fait-il cela? À la demande de ma mère, bien sûr, mais parce qu'il a pesé nos deux peuples et le destin a tranché.

Il n'y aura pas de prochain assaut. J'ai cessé le combat. Tes lettres sont un pur délice pour moi et leur lecture, si elle m'empêche de faire quoi que ce soit, c'est de jouer aux dés ou de chasser.

Mon armure ressemble un peu à cela. Mais elle n'est pas faite d'or! Elle est faite d'étain, de bronze, de fer, d'argent et d'un peu d'or, principalement pour la décoration.

Portes-toi bien, noble Matthieu!

Achille