Sébastien, Julien, Manuel et Marc-Olivier
écrivent à

   


Achille

     
   

Questions de quatre élèves...

    St-Lambert, le 26 avril 2005

Cher Achille,

Nous sommes quatre élèves du Collège Durocher Saint-Lambert. Nous avons étudié la Grèce antique au cours de l'année et nous voulons enrichir nos connaissances en vous posant quelques questions.

Nous savons que vous êtes invulnérable à l'exception de votre talon. Alors, si vous receviez une flèche ailleurs sur le corps, saigneriez-vous ou auriez-vous des blessures?

Thétis vous avait prévenu de la prédiction du devin vous concernant et elle vous a offert sa protection auprès des dieux. Qu'est-ce qui vous a incité à aller à la guerre plutôt que de rester confortablement avec les dieux?

Vous avez été éduqué par le centaure Chiron qui vous a appris plusieurs techniques de guerre et les soins médicaux. Selon vous, son entraînement a-t-il été essentiel pour obtenir la gloire dans ces guerres?

Merci de bien vouloir nous répondre.

Amicalement,

Sébastien
Julien
Manuel
Marc-Olivier


Khairé ô Sébastien, Julien, Manuel et Marc Olivier!

Vous n'êtes pas les seuls à me rapporter cette absurde histoire de talon. Mais puisque vous venez à moi en amis et que vous semblez prêts à entendre la vérité, je vous la révélerai.

Ma mère Thétis est en effet responsable de ma condition de demi-dieu. Pas en me trempant dans le Styx comme ceux de votre peuple semblent le croire, mais - et c'est la seule méthode valable pour arracher la mortalité d'un homme et le rendre immortel - en me trempant dans le feu la nuit et en m'enduisant d'ambroisie le jour. Malheureusement, elle fut interrompue par mon père Pélée et, sa tâche à moitié accomplie, me laissa la moitié de ma mortalité. Je puis donc, comme vous, souffrir, saigner et mourir et cela à n'importe quel endroit de mon corps. Par contre, ce n'est pas chose aisée que de me faire mourir, car le sang perdu qui enverrait chez l'Hadès n'importe quel autre homme m'affaiblira à peine.

Ma mère ne m'a pas offert de protection auprès des dieux. Elle m'a plutôt envoyé sur l'île de Scyros, vêtu comme une femme, pour me cacher à la face du monde qui, à ce moment-là, me recherchait avec ardeur. Et puisque mon maître Chiron ne souhaitait plus ma présence sur le mont Pélion, j'ai obéi et me suis fait passer pour Pyrrha de longs mois durant. Si j'ai choisi de guerroyer, c'est pour devenir un héros et mériter ma place parmi les dieux. Depuis que j'ai appris qui j'étais, je n'ai eu d'autre désir. Avoir déjà eu cela, je ne serais pas parti vers la Troade, où les princes m'honorent autant qu'un mercenaire.

L'entraînement de Chiron fut une révélation pour moi. Il m'enseigna tout et tout ce que je suis, je le lui dois.

Que les dieux vous réservent une grande et brillante destinée!

Achille