Retour en page d'accueil de Dialogus

Delphine
écrit à

Achille


Quand la détresse s'exprime...


   


Cher Achille,

Comment te sens-tu depuis que le train de la mort a emmené Patrocle loin de toi? La vie a des raisons que la raison ignore. Peut-être que Patrocle est mort pour ton bien. Je sais que pour l'instant il doit être impossible d'entendre cela mais réfléchis-y bien. Et je sais que perdre quelqu'un de cher à ses yeux est pire qu'un poignard dans le cœur.

Sache que mon rôle pour toi serait juste une épaule sur laquelle t'appuyer.

Prends soin de toi quand tu te bats, tu as déjà assez souffert comme cela. Cependant il ne faut pas que tu deviennes une bête de scène.

La détresse s'exprime par les mots, la mort par les meurtres...

Bon courage,

Delphine



Salut Delphine!

Tes paroles sont comme le miel, mais cette pommade-là ne peut guérir mes plaies. Tes paroles de sagesse, tant d’autres hommes irréprochables autour de moi les murmurent à mon oreille. Elles me touchent, car je comprends l’intention amicale derrière elles, mais elles demeurent impuissantes à soulager ma détresse ou à entraver ma détermination. Il n’est plus temps pour moi de prendre le chemin du doux retour. Je suis ici et j’y resterai jusqu’à ce que la mort éclatante mette un terme à ma vie.

Achille


************************Fin de page************************