Retour en page d'accueil de Dialogus

 Joël
écrit à


Achille


Prendre des nouvelles d'un guerrier immortel


 

Salut à toi, Achille fils de Thétis et Pelée, grand chef des Myrmidons, héros de la guerre de Troie, ami de Patrocle, heureux élu qui a pu être trempé dans le Styx, invincible guerrier!

J'espère que Minos t'a permis de rejoindre les Champs-Élysées. Sache qu'aujourd'hui tu es acclamé partout. Tu es dans les livres, dans les films, au théâtre et on raconte même tes exploits aux bébés.

Mais trêve de politesse! J'ai quelques questions à te poser.

1- Pourquoi ta mère après, t'avoir trempé une première fois dans le Styx, ne t'y a-t-elle pas trempé une deuxième fois pour te rendre complètement invulnérable? En tous cas je respecte le choix des êtres supérieurs comme l'était ta mère.

2- Comment se sent-on lorsque l'on est invincible et puissant comme toi?

3- Avais-tu aperçu le geste de Pâris, et l'as-tu laissé faire?

4- Comment Pâris avait-il pu connaitre ton point faible?

S'il te plaît, réponds à mes questions, et je te souhaite de bien t'amuser là où tu es.

Joël (collège Stanislas, treize ans) qui t'admire beaucoup




Salut à toi, Joël du Collège Stanislas!

Pardonne mon retard à répondre à ton message. Notre messager a été pris dans une embuscade ennemie et nous avons eu de la difficulté à reprendre notre bien.

Je n’ai pas été trempé dans le Styx. Parfois, quand on devient une légende, les hommes inventent des faits à propos de vous. C’est ce qui m’arrive. Ma mère a bien tenté de me rendre immortel, en me trempant dans le feu et en m’enduisant d’ambroisie, mais mon père l’a interrompue dans son rituel. Je suis donc pratiquement invulnérable, mais pas immortel.

Je me sens maudit. Tout ce que je souhaite en ce moment, c’est la mort, afin de retrouver dans l’Hadès mon bien-aimé Patrocle, et malgré tous les Troyens qui croisent ma route, il n’y en a pas un pour me procurer la mort éclatante.

Il fut un temps, lorsque j’étais jeune guerrier, où je me sentais au sommet du monde. À cette époque, les cités d’Asie tombaient sous mon joug les unes après les autres et avec mes brillants camarades, je jouissais d’un bonheur que peu de mortels connaissent. Tout cela est bien fini. La gloire ne vaut pas l’amour et je l’ai compris trop tard.

Je ne sais pas ce que tu veux dire à propos de Pâris.

Pour ce qui est de mon point faible, si tu fais référence à mon talon, sache que cela fait partie de la légende dont je parlais plus tôt. Mon point faible est ma mortalité. Si un homme parvient à faire s’écouler ma vie de mon corps, alors il aura, en effet, trouvé mon point faible. Ce point faible n’est pas un point particulier de mon corps, c’est une condition.

Que ta santé soit bonne et ta maison prospère!

Achille

************************Fin de page************************