Adam
écrit à

   


Achille

     
   

Pourquoi la guerre de Troie?

    Bonjour glorieux Achille.

Je voudrais savoir exactement comment la guerre de Troie, qui dure depuis je ne sais combien de temps, a commencé, et quelle est la raison exacte pour laquelle vous vous abstenez d'y participer..?

Comptez-vous aider votre patrie?

Merci de me répondre,

Adam Lacharité-Giroux


Salut à toi, homme qui sait ce qu'il veut savoir!

Tes questions sont concises, et tu ne perds pas de temps en discours évasif. Fort bien. J'aime les hommes francs.

La guerre dure maintenant depuis neuf années et, si l'oracle prononcé à Aulis se concrétise, Troie sera prise dans la prochaine année.

Tout a commencé, dit-on, sur le Mont Pélion, au son des voix des Muses, que seuls quelques mortels ont eu la chance d'entendre. Une pomme fut lancée à la table du festin donné en l'honneur du mariage de mes parents, Pélée l'Éacide et Thétis, néréide aux pieds d'argent. Eris lança cette pomme destinée à la plus belle qui causa la discorde entre Héra, Athéna et Aphrodite. Fut choisi pour départager les déesses un fils de berger qui était en fait fils de roi, Pâris, ou Alexandre, nom qu'il reçut à la naissance. Pâris, tout berger qu'il était à ce moment-là, succomba aux charmes de la déesse de l'amour, lui remit la pomme convoitée et reçut en récompense le pouvoir de séduire Hélène, reine de Sparte et épouse de Ménélas. Il se fit reconnaître du roi de Troie, Priam, fut accueilli dans la maison royale de son père, fit construire un navire avec les pins du mont Ida, leva les voiles et s'en alla à Sparte. Une fois Hélène conquise, il quitta Sparte et revint au royaume de son père. Lorsque Ménélas appris le rapt de sa femme, il leva une armée avec l'aide de son frère Agamemnon, roi des Argiens et des Mycéniens, pour se lancer dans une expédition punitive contre Troie.

La vérité maintenant est que le rapt d'Hélène donnait une fameuse excuse à Agamemnon pour partir en expédition vers une riche cité, imposant un lourd tribut grâce à sa position stratégique sur l'Hellespont. Hélène ou pas, la guerre de Troie aurait eu lieu. Nous, Hellènes, sommes ainsi: nous aimons conquérir. La Crète aussi fut prise de cette manière et sans une belle femme en cause. Cela ne tient guère compte, j'en conviens, de la réalité d'Hélène, mais ce ne fut, pour Agamemnon, guère plus qu'un heureux concours de circonstances.

Pour ce qui est de mon abstinence au combat, il s'agit encore d'Agamemnon, cette chienne de face d'Atride! Il possédait une fort belle esclave du nom de Chryséis. Vint un jour où son père, prêtre d'Apollon, la réclama en échange d'une belle rançon. Agamemnon refusa de rendre sa captive et condamna la troupe des guerriers grecs à subir la colère du dieu. Il nous frappa de la peste, et le devin Calchas fut catégorique, Chryséis devait être retournée à son père et une hécatombe devait être offerte à Apollon. Agamemnon dut se résoudre à agir selon la volonté des dieux, mais, en signe de mécontentement, il exigea que ma captive favorite, Briséis, lui fut donnée. Les princes acceptèrent sans aucune considération pour moi. Ont-ils oublié que je suis indispensable à la victoire en Troade? Apparemment. Ainsi donc, je ne combats plus pour leur montrer ce qu'il en coûte d'offenser le divin Achille. Zeus, m'accordant ce privilège, donne de la fougue aux Troyens qui s'avancent un peu plus chaque jour vers les vaisseaux de notre armée, mettant ainsi en péril notre retour. J'attends patiemment que le roi de Mycènes la bien bâtie rampe à mes genoux et me supplie de venir les défendre contre l'attaque troyenne. Il en va de mon honneur et de ma gloire. J'aiderai les Achéens à vaincre la race de Priam lorsqu'ils me reconnaîtront à ma juste valeur et qu'ils auront pour moi le respect qui me revient de droit.

Ai-je répondu à tes questions, ô Adam?

Achille


Vos réponses sont concrètes et votre opinion précise. Je vous comprends. Je crois que votre objectif d'honneur et de gloire est accompli, puisque votre nom est encore dans la bouche des gens de notre temps, personne ne parle de la guerre de Troie sans mentionner votre nom.

Mais un autre nom résonne, celui d'Hector, dit celui qui résiste. Selon l'histoire, vous l'avez tué et même traîné derrière votre char, par vengeance. Mais le roi Priam en personne est venu vous supplier de lui rendre le corps de son fils bien-aimé! Vous lui redonnez en constatant qu'il est meilleur roi que Mélénas. Je crois que vous êtes un noble guerrier et on se souviendra de votre nom à jamais. Maintenant, j'ai une autre question.

Vous êtes connu en Grèce comme étant le plus grand guerrier du monde. Alors comment vous est venu cette réputation? Comment avez-vous commencé à vous démarquer parmi vos frères d'armes? Racontez-moi votre histoire, si vous le voulez bien!

Adam


Salut à toi, Adam!

Merci pour ces compliments que j'accepte de bon coeur. Ils me réjouissent.

Tu sembles connaître parfaitement mon avenir. D'autres hommes et femmes de ton peuple m'ont raconté une histoire similaire. D'après eux, je tuerai Hector et traînerai son corps derrière mon char après qu'il aura tué Patrocle. Cependant, je sais maintenant que Patrocle doit me demander la permission pour revêtir mon armure et effrayer les Troyens. On m'a dit que cet acte le conduirait à la mort. Sachant cela, je recommanderai à Patrocle de ne pas trop s'aventurer sur la plaine, évitant ainsi le sort funeste que tu annonces d'un ton si léger.

Tu m'apprends aussi que Priam viendra réclamer le corps de son fils et que je lui rendrai. C'est probable, car les vieillards touchent mon coeur. Par contre, je ne crois pas que Priam puisse être meilleur roi que Ménélas. Peut-être a-t-il plus d'expérience et fut-il meilleur chef dans sa jeunesse, mais à présent Priam n'est qu'un vieux roi dont la gloire du fils aîné surpasse la sienne. Si Troie résiste au siège que nous lui imposons et remporte la victoire, je gage que Priam devra abdiquer en faveur d'Hector. Ainsi Tyndare a-t-il laissé son trône à Ménélas. Bien que, dans ce cas-ci, il s'agisse davantage d'une alliance heureuse avec l'Argolide et l'Achaïe.

En fait, personne ne connaissait mon nom avant que cet oracle fût prononcé par Calchas disant que, sans moi, la guerre contre Troie la bien située ne pourrait être remportée. Jusqu'à l'âge de sept ans, je suis demeuré chez mon père. Ensuite, je fus confié au centaure Chiron pour qu'il soit mon maître d'entraînement. À cette époque, enflammé par mon assurance, j'eus de bien mauvaises fréquentations et si je m'illustrai auprès de mes amis, le reste du monde ne connaissait rien de mes exploits. Après cela, ma mère me déguisa en fille et m'installa à la cour du roi Lycomède. Je ne fus guère un nom là-bas, puisque je m'appelais Pyrrha et que j'échangeais des tissus et des bijoux avec toutes les jeunes filles de la maison royale. Ce n'est que lorsque j'acceptai de suivre Ulysse en direction d'Aulis que les hommes en armes commencèrent à murmurer mon nom.

Est-ce que ta curiosité est satisfaite ou désires-tu davantage de détails?

Tu as toute ma bienveillance, Adam.

Achille


Bonjour glorieux combattant,

Pardonnez-moi, je me suis trompé sur un détail dans mon autre lettre, quand Priam est venu vous voir pour réclamer son fils le plus cher, vous lui avez dit être bien meilleur commandant qu'Agamemnon et non que Ménélas, c'est mon erreur.

Mais j'aimerais en savoir plus sur la façon dont vous avez été formé avant de devenir puissant auprès de vos frères d'armes. Vous vous entraîniez déjà? Qui vous a formé? Qui vous a appris à vous défendre et à terrasser vos ennemis? Tant de questions que je me pose.

Au plaisir de lire votre réponse, à bientôt.

Adam


Tu veux connaître mes jeunes années, ô ami!

Soit, en voici le récit: Je fus élevé chez mon père par un précepteur admirable qui fit de ma prime enfance un délice sans cesse renouvelé, Phénix. Son âme recèle des trésors de sagesse, d'amour et de dévouement. D'ailleurs, il est encore près de moi, ici en Troade. Mon enfance fut aussi marquée par ma rencontre avec Patrocle, qui, lorsque je n'avais pas encore sept années de vie, fut accueilli au royaume de mon père et me prodigua une amitié sans égal, dont il témoigne toujours à mon égard de la profondeur et de la solidité.

À sept ans, je fus confié à Chiron, mon maître d'entraînement. Son instruction me fit apprendre la sagesse, la médecine, la musique, l'écriture et l'art. Il entraîna également mon corps à la force, à la rapidité, à l'endurance, au courage et à l'assurance. Je devins vite un élève doué, mais fort désobéissant. Je prenais du plaisir à m'entourer des centaures et à piller cités et villages. La nuit, je recherchais la compagnie des nymphes et ainsi je passais mon temps, en frivolité et autres méfaits. Lorsque ma mère vint s'assurer de ma présence au mont Pélion, car les Grecs me recherchaient déjà afin que je participe à l'expédition contre Troie, j'avais 11 ans et mon attitude désespérait mon maître. Chiron supplia ma mère de me reprendre. Elle m'envoya chez Lycomède dissimulé sous un déguisement de fille.

L'oracle disait: Pour que les Grecs l'emportent sur les Troyens, Achille, le plus grand des guerriers, doit combattre sous les remparts d'Ilion. Aussitôt, toutes les bouches se mirent à raconter ma grandeur. Seuls mes amis les centaures savaient que mes exploits avant Ilion se sont soldés par des rapines, des vols et quels autres crimes encore!

Par contre, par la suite, la troupe des hommes en armes put voir à quel point la prophétie n'avait pas menti. Je suis effectivement le plus grand des guerriers, nul ne peut prétendre m'égaler.

Et toi, ton nom restera-t-il gravé dans la mémoire des hommes?

Que les dieux t'observent d'un oeil bienfaisant!

Achille