Retour en page d'accueil de Dialogus

léa
écrit à

Achille


Pourquoi choisir cette vie ?


   


Bonjour ô grand Achille,

J'aimerais savoir pourquoi tu préfères être célèbre et avoir une vie courte plutôt que de vivre longtemps mais sans gloire. Aimes-tu tuer les hommes et faire la guerre?

Ce n'est pas pour t'exprimer que je ne t'aime pas que j'envoie ce courriel, mais plutôt pour comprendre, car cela ne se voit pas -mais je t'admire.

J'attends ta réponse.


Douce Léa,

Une vie calme ne m’a jamais intéressé. Dès l’enfance, je me comportais comme bon me semblait et je ne respectais que très peu de règles. J’aimais le trouble et je l’aime toujours. Oui, j’aime les guerres et j’aime tuer. J’aime surpasser les hommes, j’aime les terrasser et me dresser au-dessus de tous.

Je ne tiens pas à vivre très longtemps. Cette vie n’apporte pas suffisamment de joies pour que je puisse vouloir m’y éterniser. J’ai préféré vivre intensément, franchir toutes les frontières et saisir toutes les occasions. Peut-être trouveras-tu mes explications insuffisantes, mais je ne sais pas comment expliquer pourquoi je suis celui que je suis. Disons que je suis le fils de mon père et de ma mère. C’est déjà un début.

Que la bonne fortune te sourie!

Achille


Ô merveilleux Achille,

Mon cœur s'est empli de bonheur en recevant ta réponse, et surtout en voyant la façon dont tu m'appelles «douce Léa»: sache que je t'en remercie.

Dans ta lettre tu m'as dit que tu aimais tuer et te battre, mais changerais-tu d'avis si tu tombais amoureux d'une femme merveilleuse?

J'attends ta réponse avec impatience. Achille, je t'admire, mais je ne suis pas de ton avis.



 Douce et aimable Léa,

J’ai une épouse merveilleuse, ne le sais-tu pas? Elle se nomme Déidamie, fille de Lycomède, roi de Skyros. Elle m’a donné un fils il y a douze ans de cela, Néoptolème. J’avais quatorze ans lorsque le roi Ulysse est venu me chercher à Skyros pour me demander de me joindre à la coalition hellène, sous les ordres d’Agamemnon, en tant qu’amiral de la flotte. J’ai eu à choisir et malgré tout mon amour pour Déidamie, le feu sacré de ma maison, je me suis embarqué. Patrocle m’attendait, une autre vie m’attendait. Je n’étais pas fait pour devenir un insulaire; Déidamie l’avait bien compris, c’est pourquoi elle m’a laissé partir malgré tout le chagrin que mon départ lui causait.

Et puis, la vie n’est jamais aussi simple. Il serait faux de dire que je n’ai eu à faire qu’un seul choix. J’ai fait des centaines de choix, comme tout être humain, d’ailleurs. Certains furent plus importants que d’autres, c’est vrai, mais c’est l’assemblage de tous ces choix sans exception qui forme la chaîne de ma vie. 

L’amour n’aurait pas pu m’enlever le désir de me surpasser, comme de manger ne peut pas étancher ma soif. Comprends-tu mieux?

Ton ami,

Achille


************************Fin de page************************