Retour en page d'accueil de Dialogus

Thomas
écrit à

Achille


Pour oublier la guerre


   


Χαιρε, divin Achille!

Ta mère te l'a promis: ta renommée est immortelle. On loue encore ta beauté et ta bravoure, qui n'ont d'égales que celles des dieux, des années après ton passage sur les eaux du Styx.

J'ai lu les quelques paroles que tu as échangées avec tous ces inconnus qui t'importunent alors que tu combats les soldats troyens pour ramener la reine Hélène en Achaïe. Ce sont des femmes frivoles pour la plupart, non? Alors je voulais juste te donner l'occasion de partager avec un homme qui partage tes valeurs: les gloussements, la maison et les enfants pour ces dames recluses au gynécée, et les hommes au travail, à la guerre en l'occurrence, ou au gymnase pour l'exercice, libres... Alors pour souffler un peu, au coin du feu de ton camp, me ferais-tu cette faveur à moi, pauvre mortel, de chanter la mémoire de ton cousin Patrocle en de beaux pentamètres et de partager un peu de cette ambiance à la fois terrible, rude, virile et tendre pour conjurer la mort?

Je te salue,

Thomas

P. -S.: prends garde au perfide Pâris...


Je te salue, Thomas!

Les femmes et la frivolité, les hommes et les combats sont tous des plaisirs auxquels je goûte sans discrimination. Je ne désirerais pas vivre dans un monde où l’un disparaîtrait au détriment de l’autre.

Je chante tous les soirs la mémoire de mon bien-aimé Patrocle et si tu frappes à ma baraque en ami, je t’autoriserai volontiers à partager ma table et mes souvenirs.

Que les dieux t’entendent et nous réunissent un soir à la lueur des flammes!

Achille


************************Fin de page************************