Retour en page d'accueil de Dialogus

Pierre-Daniel 
écrit à

Achille


Ô terrible Péléide, quelle est ta démesure?


   


Ô divin fils de Pélée, craint des hommes et parfois même des dieux, crois-tu vraiment être l'idéal des guerriers grecs ou, davantage, personnifier l'hybris (démesure) d'un demi-dieu? Si tes exploits parmi les mortels dépassent tous ceux de ton époque, te contentes-tu d'être le plus grand héros grec ou cherches-tu à dépasser même ta condition de mortel ou, plutôt, de demi-dieu pour faire comme Héraklès et rejoindre les Olympiens?

Ô Péléide Achille, épargne-moi de ton courroux et réponds à mes doutes!



Achille l'Éacide te salue, ô Pierre-Daniel!

 
Je sais que, si je suis admiré par beaucoup d'hommes,je suis également critiqué pour mon caractère emporté. J'imagine que pour certains je suis un héro, et que pour d'autres je ne suis qu'un impétueux soumis à ses passions.
 
La vérité est que je suis tout cela. Je suis humain. J'ai le talent de faire s'agenouiller les hommes, de conquérir de grandes et belles cités, de soumettre à ma volonté des peuples entiers, mais mes passions en font de même avec moi. Elles me font m'agenouiller comme un enfant, me possèdent entièrement et me laissent aussi peu de liberté qu'à un vaincu.
 
Depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours voulu devenir un grand guerrier, un conquérant craint et un héros glorieux. Cependant, si être un héros demande de faire abstraction de toutes ses émotions, cela ne vaut pas le coup. De plus, c'est impossible, pour moi du moins.
 
Ce que je souhaite réellement n'est pas de rejoindre les Olympiens dans le ciel, mais bien de retrouver Patrocle dans l'Hadès. Rien d'autre ne m'importe.
 
Achille


************************Fin de page************************