Retour en page d'accueil de Dialogus

 Adélaïde
écrit à


Achille


Nombreuses conquêtes


 

Grand guerrier Achille,

Je sais par la lecture de certains manuscrits que tu courtisas et épousas nombre de célèbres personnes (certaines ne sont à vrai dire célèbres que parce qu'elles sortent de tes bras). En effet, si je ne fais pas erreur, tu a été marié à Déïdamie, dont tu as un fils, puis tu fus promis à Iphigénie, tu retins Briséïs en otage, tu vécus une liaison avec ton ami Patrocle et tu épousas en secondes noces Polyxène, blonde princesse troyenne (je me rends compte de mon exagération dans mon propos, mon énumération ne montre après tout que cinq personnes).

Les écrits te décrivent tous comme très amoureux. L'étais-tu à chaque fois? Sinon, de laquelle de ces personnes étais-tu le plus amoureux?

J'espère ne pas te troubler ou te gêner avec mes questions qui, si elles eussent plu à Vénus, n'en restent pas moins indiscrètes!

Je te souhaite de la chance à la bataille!

Adélaïde




Achille te salue, ô Adélaïde!

C’est Patrocle le premier qui me fit découvrir les émois de l’amour. J’avais six ans, il en avait seize et j’aurais tout donné pour avoir la chance d’être dans ses bras, mais je dus attendre de nombreuses années. Mon sentiment n’en était pas moins réel et mon cœur ayant goûté ce miel, il ne voulut plus s’en passer. Ainsi, ma vie entière fut divisée entre deux passions qui me dévorent depuis longtemps, l’une langoureuse et douce, l’autre violente et enivrante, celle du combat et du pouvoir.

J’ai connu l’amour physique pour la première fois sur le mont Pélion. J’avais quitté mon maître Chiron et je vivais comme les centaures, au gré de mes désirs du moment. Sur ce mont vivaient des nymphes qui s’éprirent de moi et m’apprirent toutes les délices qui accompagnent les contacts physiques.

Ensuite, il est vrai que je connus l’amour, que j’épousai Déidamie et qu’elle me donna un fils. D’Iphigénie, je n’eus que le temps d’admirer sa grandeur d’âme et son courage dans le sacrifice. Elle était sublime et est certainement une des femmes les plus admirables que j’aie jamais rencontrées, mais je n’ai jamais ressenti aucun désir physique à son égard. Iphigénie l’Intouchable!

Avant que Briséis n’entre dans ma vie, j’ai connu beaucoup de petites passions, qui me furent dans certains cas absolument néfastes. Que pouvais-je y faire, j’aime facilement! Je m’ouvre aisément et je m’accroche violemment à tout ce qui m’apporte un peu de plaisir. Je suis comme cela aussi dans le combat; je me bats avec férocité, cherchant constamment à prouver ma totale et indiscutable supériorité.

Donc, pour répondre à ta question, je fus toujours plus ou moins amoureux de mes conquêtes, mais une seule personne a surpassé toutes les autres dans mon cœur: mon bien-aimé Patrocle, le meilleur des Achéens. Depuis sa mort, je combats plus ardemment qu’avant, cherchant vainement la satisfaction de mon désir de vengeance dans chacun de mes coups, et je ne vois qu’une fin pour moi: une mort éclatante, sous la lame d’un ennemi qui aura su me terrasser.

Je te remercie pour tes vœux de chance et je te souhaite en retour le bon œil!

Achille


************************Fin de page************************