[cardinal.jacques+wanadoo.fr]
écrit à

   

Achille
Achille

     
   

Lectures

   

Très noble Achille,

Notre temps, dont tu as quelques impressions au travers des messages et des dialogues avec mes contemporains, est celui d'une course permanente non vers l'honneur et la gloire mais vers des objectifs plus prosaïques, pour beaucoup la simple subsistance et la perpétuation de nos lignées, pour d'autres l'accumulation de richesses matérielles. Nous sommes très jeunes confrontés à des choix de vie, à des comportements qui, bien qu'ayant des rapports certains avec tes combats car dirigés vers le pouvoir, ne nous laissent que peu de temps pour l'étude de tes glorieux faits d'armes.

Certes est passée, à travers les siècles et les modes, la légende relatée par Homère des malheurs du roi de Sparte Ménélas et de sa trop belle épouse, de l'intervention de l'Atride Agamemnon qui voulut rallier les Grecs contre Troie la majestueuse et bien sûr des extraordinaires et héroïques actions que tu as menées contre les troupes du roi Priam et Hector.

Ces chants sont regroupés dans ce que nous nommons l'Iliade et l'Odyssée, d'autres nous ont été transmis par l'Énéide de Virgile mais pourrais-tu me conseiller d'autres lectures édifiantes sur ta jeunesse, les causes de la Guerre voulue par les Atrides contre Ilion et les quelque dix années que dura ce conflit?

Merci de tes réponses grand Roi et quand le fourbe Agamemnon t'aura rendu Briséis aux belles joues, je te souhaite de partager avec elle les moments de douceur et de bonheur que nous appelons le repos du guerrier.

Jacques


Salut à toi, ô Jacques le savant!

Je voudrais que tous les messages que je reçois soient aussi plaisants que le tien. Je voudrais aussi pouvoir t'apporter une réponse quelconque, hélas, j'en suis incapable. Pour l'instant, ni ce Homère, ni ce Virgile n'ont encore chanté mes exploits. Ceux qui le font, ces aèdes ambulants aux non moins belles voix, n'ont guère quitté la côte et ma gloire n'a, pour l'instant, qu'une faible résonnance. Tu devrais questionner mes descendants. Peut-être ont-ils conservé mes exploits par écrit?

Je t'apprends que Briséis m'a été rendue il y a quelques temps de la main d'Agamemnon, qui m'a aussi offert de nombreux autres présents. Pourtant tout cela ne m'importe plus. Ni la gloire, ni la richesse ne me portent plus au combat. Seule la vengeance anime mon bras et terrasse la race fourbe qui osa envoyer chez l'Hadès le meilleur d'entre tous, Patrocle.

Que les dieux veillent sur ta grande tête!

Achille