Retour en page d'accueil de Dialogus

Lucas 
écrit à

Achille


Le confort du cheval de bois


   


Bonjour, ô grand guerrier,

J'ai pris mon courage à deux mains pour vous écrire et pour vous poser quelques questions à propos de la prise de Troie. Pouvez-vous me raconter votre histoire? Comment était le confort dans le cheval de bois? Avez-vous eu de la pitié pour les Troyens?

Je serais très honoré que vous répondiez à mes questions. Je suis très heureux d'avoir pu vous écrire car pour vous je ne suis qu'un misérable troyen.

Salutations,

Lucas


Salut à toi, ô Lucas!
 
Ton courage est récompensé. Tu viens à moi en ami et je répondrai avec joie à tes questions.
 
J'ai grandi en Thessalie, dans la cité de mon père Pélée. Ensuite, j'ai été confié au centaure Chiron. Après deux années d'entraînement intensif et d'études sur le mont Pélion, ma mère, qui est une déesse, vint me chercher et, sachant que ma destinée me réservait une mort précoce si je me rendais à Troie, elle me cacha parmi les vierges de Skyros, déguisé en fille. C'est là que j'ai rencontré mon épouse Déidamie et que j'ai eu un fils, Néoptolème. Ce subterfuge n'empêcha pas les chefs de guerre de me retrouver. Donc, à quinze ans, je me suis embarqué en direction de la Phrygie, où je combats encore aujourd'hui. J'ai tué le prince Hector et autant de Troyens qu'il en faudrait pour encercler leur majestueuse cité. Je suis devenu le cauchemar de Priam et de ses fils.
 
Je ne sais pas de quoi tu parles quand tu fais référence à un certain cheval de bois. Ici, tous nos chevaux sont de chair: leur sang coule lorsque la lance de l'ennemi vient se ficher dans leur poitrine et leurs pattes se brisent lorsqu'ils tombent, faisant basculer le char.
 
Non, je n'ai aucune pitié pour les Troyens. Il fut un temps, avant la mort de Patrocle, où j'épargnais ceux qui se jetaient à mes genoux pour les revendre à un bon prix, mais désormais je coupe toutes les têtes que je croise et plante mon épée dans tous les cœurs qui osent se présenter devant moi. Tandis que tous ceux qui ont la couardise de fuir, je les atteins d'un coup de lance dans le dos.
 
Que Zeus le Haut-Tonnant te garde!
 
Achille


************************Fin de page************************