Théo
écrit à

   

Achille
Achille

     
   

Je te découvre

   

Très cher Achille,

Je m'appelle Théo, je suis en 4e et j'étudie l'épistolaire.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je t'écris.

Mais je t'écris tout d'abord, car tu es pour moi une figure emblématique de la mythologie grecque comme ce grand conquérant qu'était Alexandre le Grand. Je suppose que tu ne sais pas qui est cet illustre personnage...

J'ai accroché à ton personnage, car je t'ai vu, ou plutôt j'ai vu ton personnage légendaire incarné par un acteur dans un amphithéâtre de notre époque, un dénommé Brad Pitt (désolé si on te l'a déjà dit), ce dernier incarne très bien ton rôle, même si je suppose que tu es en réalité bien plus courageux.

Que pourrais-tu me dire sur les raisons de ton fabuleux courage au combat, et surtout pourquoi durant le siège de Troie tu as tué tous les moines dans le temple sur la plage de la cité?

Désolé si cette question t'a offensé.

Bien à ta glorieuse légende,

Théo



Achille te salue, Théo!

Ta question ne m'a pas offensé, mais étonné. Tu affirmes que j'aurais massacré des prêtres dans un temple sur la plage. Premièrement, sur la plage, il n'y a pas de temple, il y a le campement des Grecs. Deuxièmement, je ne suis entré que dans un seul temple troyen, celui de Phoebus Apollon et j'y ai effectivement fait couler le sang, mais pas celui des prêtres et des prêtresses de ce dieu.

C'était pendant la première année de la guerre, nous ne manquions ni de guerriers, ni d'enthousiasme au combat. Les fils de Priam étaient encore nombreux à nous défier sur la plaine, c'était avant que ma puissante lance ne les transperçât tous. Un des fils de Priam, Troïlos, probablement trop jeune pour s'aventurer à l'extérieur des murs de sa cité, mais jouant les braves, se montra téméraire et le regretta amèrement. Il brandissait sa lourde épée et insultait l'ennemi, mais dès qu'il vit que je l'avais vu, il détala comme un lièvre. Et il n'y a rien qui m'irrite davantage qu'un ennemi qui fuit. Alors, je l'ai suivi avec à la bouche mon cri de guerre. Effrayé, Troïlos s'est réfugié dans le temple d'Apollon, qui est bien à l'extérieur des murs, mais pas sur la plage. Le temple a été construit sur une colline rocheuse et j'ai dû descendre de mon char pour y grimper et poursuivre ce jeune écervelé qui avait osé venir me narguer. Je l'ai rejoint à l'intérieur du temple et lui ai tranché la tête. La prêtresse Cassandre était présente. Je l'ai laissée me maudire, je n'ai pas levé la main sur elle. Tu vois, on t'a induit en erreur. Je ne suis pas un assassin, je tue les guerriers qui s'avancent vers moi l'arme à la main.

Pour ce qui est de mon courage, je ne sais pas quoi te répondre. Ma vaillance est partie intégrante de moi; sans elle, je ne serais pas Achille. Je serais un prince couard comme Pâris Alexandre. Un homme qui cherche toujours des moyens d'épargner sa vie, qui se laisse guider par ses peurs, qui ne vit pas, et jamais son nom n'aura l'éclat du mien. Et toi, vis-tu réellement; avances-tu sur le chemin que tu as choisi ou marches-tu sur la route qui t'effraie le moins?

Que les dieux te guident!

Achille