Matthieu
écrit à

   

Achille
Achille

     
   

Entre deux exploits...

   

Je te salue puissant Achille, fils de Pélée et juste descendant de Zeus l'immortel, prince de Thessalie, commandant des puissants myrmidons, celui dont les exploits sont chantés même 3000 ans après son existence, celui qui amena 20 cités aux pieds d'Agamemnon et qui en est aujourd'hui bien mal récompensé, je te salue, enfin, toi le plus grand héros que la Terre ait jamais portée.

J'espère qu'entre deux exploits tu trouveras le temps de répondre aux questions que je me pose.

Pour commencer, arrête-moi si je me trompe, mais il me semble que c'est sans aucune arme de siège que vous êtes partis réclamer Hélène aux Troyens. Certes le courage est la plus puissante des armes, mais elle n'est que peu efficace contre les lâches qui se cachent derrière leurs hautes murailles. Comment compter vous donc abattre les portes de Troie?

Ensuite, je me demandais avec combien de tes valeureux myrmidons tu as posé le pied sur la plage de Troie, et combien étaient déjà tombés au combat?

Et pour finir, je me demandais ce que tu penses de Ulysse, car il est considéré à notre époque comme le plus grand héros ayant marché à tes côtés.

Je prie Zeus pour qu'il mène ton glaive jusqu'au palais de Priam.

Matthieu


Salut à  toi, Matthieu!

Avant le siège de la cité de Troie, Hélène fut réclamée par une ambassade pacifique, tu as raison. Ménélas s'est comporté dignement et le blâme dans cette affaire revient aux Troyens sans honneur qui ont attaqué les princes grecs venus en ce lieu, désarmés. Pour ceux qui soutenaient Ménélas et son frère, c'était une véritable déclaration de guerre.

Troie tombera, tu peux en être certain. Les murs n'ont pas besoin de s'écrouler entièrement, une brèche suffit pour laisser entrer l'ennemi. D'ailleurs, de forts tremblements de terre ont ébranlé la région, preuve que Poséidon nous soutient, et je ne serais pas étonné que les murs troyens nous livrent passage avant longtemps. Quoi qu'il en soit, Troie s'épuise, ses réserves sont minces, ses habitants affamés. Ce siège les tuera, malgré leurs hautes et puissantes murailles. Nous interceptons les marchands de terre et de mer et les cités qui soutiennent encore Troie voient les attaques contre elles se multiplier. Cette guerre s'achève, mon ami et mon bras fera bientôt couler le sang d'Hector au casque scintillant!

Je suis venu à la tête de cinquante vaisseaux chargés chacun d'environ cent vingt jeunes hommes, tous issus de la Phthie fertile et de l'Hellade aux belles femmes où règne mon père, le vieux Pélée. La majorité sont tombés au combat après l'arrivée en Troade, mais j'ai également perdu de nombreux compagnons dans les villes de la côte que j'ai pillées pendant les neuf dernières années. Cependant, la seule mort qui m'importe est celle de mon bien-aimé Patrocle!

Ulysse est un grand prince. Je le respecte énormément, mais son coeur si prompt à  la ruse me désarçonne, moi qui suis vrai en toute chose. Jamais ma bouche ne dit des mots que mon coeur n'approuve pas. Tandis qu'Ulysse utilise les mots pour tromper ses ennemis et atteindre son but. Quoi qu'il en soit, ma maison lui sera toujours ouverte et mon bras le défendra en toute occasion.

Que les dieux te soient cléments!

Achille