Diane
écrit à

   


Achille

     
   

Briséis

    Achille,

Pardonne-moi encore de t'importuner avec cette missive, mais une question me brûle les lèvres depuis quelque temps déjà. On parle de Briséis comme étant ta captive de guerre, mais qu'a-t-elle été avant cela? Tu as dit toi-même que ce n'est pas une grande reine, comme ta chère Déidamie. Je le comprends, mais qu'a-t-elle fait pour mériter ce sort, pour devoir s'agenouiller devant les hommes sans un mot?

Je puis comprendre que tu ne veuilles pas répondre à ces quelques questions. Sache seulement que je ne tiens aucunement à t'offenser ni à entrer dans une partie de ta vie qui ne concerne que toi. La seule chose que je désire, c'est savoir.

J'espère avec le temps pouvoir devenir une de tes amies. Seul toi peux me le dire.

À bientôt.

Diane


Khairé ô Diane!

Je vais tenter de répondre à ta question, mais je doute que nous puissions nous entendre. Apparemment, votre peuple a quelques petites difficultés à comprendre l'esclavage.

Briséis était fille du prêtre d'Apollon, Brisès, dans la ville de Lyrnessos. Lorsque je pillai cette ville, je décidai de la garder auprès de moi, car son visage et ses manières me plaisaient. Elle n'émit jamais la moindre protestation et prit beaucoup de plaisir à rester auprès de moi.

Ce qu'elle a fait pour mériter son sort? Demande-le aux dieux, pas à moi! Nul ne sut la défendre et nul ne vint la réclamer. Ainsi se passent les choses.

D'ailleurs, elle n'est pas la seule à subir pareille destinée. Mon ami Acamas, fils du grand Thésée, et qui combat sous les murailles d'Ilion, espère pouvoir délivrer sa mère qui est devenue l'esclave d'Hélène avant sa fuite avec Alexandre. La guerre tue les hommes et condamne les femmes à l'esclavage. Aurais-tu préféré que je tranche la blanche gorge de Briséis plutôt que d'assurer sa survie et de l'emmener avec moi?

Ce sont les lois de mon monde. L'esclavage n'existe pas chez toi?

Achille