Retour en page d'accueil de Dialogus

Sabine
écrit à


Achille


Au sujet de ta famille


 

Je te salue, ô grand guerrier de l'ère antique,

Je dois d'abord t'avouer que je ne t'appréciais pas beaucoup avant de lire presque toutes tes missives (car elles sont nombreuses) sur Dialogus! Ces dernières ont changé l'opinion que j'avais sur ton auguste personne. Comme quoi il est toujours bon d'en apprendre un peu plus avant de porter de faux jugements!

Aussi, si tu as le temps, et bien entendu si cela ne te dérange pas, j'aimerais avoir un petit éclaircissement sur un mythe concernant ta famille. Il est vaguement écrit que Thétis aurait trempé ses enfants dans un chaudron d'eau bouillante pour vérifier s'ils étaient immortels. Et selon d'autres écrits, la déesse les aurait frottés d'ambroisie puis placé dans le feu pour que celui-ci consume la part mortelle des enfants!? Fabulation ou réalité?

Je sais que tu as une sœur qui se prénomme Polydora, mais elle est la fille d'Antigone, la première épouse de ton père, l'illustre Pélée. Aussi pardonne mon ignorance sur ce sujet, mais as-tu des frères et sœurs nés de l'union de tes parents?

Au plaisir, Achilleus, d'avoir de tes nouvelles...

Sabine




Achille te salue, ô noble Sabine!
 
De ton message, je conserve l'impression d'une femme qui aime et respecte la vérité et refuse les préjugés. J'aime cette attitude. J'aime quand les choses sont claires et je ne crois pas me tromper en disant que, toi aussi, c'est ce que tu aimes.
 
Ma mère et mon père n'ont pas partagé un amour conventionnel. Dans sa jeunesse, mon père était considéré comme l'un des cinquante meilleurs guerriers de tous les royaumes de Grèce. Après avoir été banni par son père Éaque, il fut reçu et purifié par le roi de Phthia, Eurytion, qui lui donna sa fille Antigone en mariage et fit de lui son héritier. Peu après la naissance de Polydora, Pélée répondit à l’appel de Jason, descendit sur Iolcos, où régnait à ce moment-là le vieux Pélias, et s’embarqua avec les célèbres Argonautes. Lorsqu’il revint à Phthia après cet exploit, la gloire qui l’auréolait fit briller notre cité comme jamais auparavant et une ère de prospérité commença pour nous. Par pour moi directement, puisque je n’étais pas encore conçu, mais pour les habitants. Ces années furent parmi les plus belles pour Phthia. Pélée avait fondé une armée permanente, les Myrmidons, ce lui qui donna l’avantage sur les cités avoisinantes et permit d’acquérir de nouvelles terres, des droits de pâturage et des richesses.
 
Un jour, un messager venu de Calydon réclama l'assistance du souverain de Phthia auprès de son maître, le roi Œnée, aux prises avec un sanglier géant, envoyé par la déesse Artémis, qui ravageait ses terres et terrorisait son peuple. Eurytion, tenté par cette aventure, partit avec son gendre vers Calydon, où ils entendaient tous deux exceller et rapporter la peau de l’animal. Tristement, ce destin n’était pas le leur. Pélée tira une flèche qui, non seulement manqua l’animal, mais tua son beau-père. À son retour de cette chasse maudite, Pélée, que la mort d’Eurytion consacrait roi, fut arrêté aux portes de la ville et pourchassé hors du royaume. C’est le roi Acaste d’Iolcos qui l’a finalement purifié de ce meurtre et lui a permis de retrouver son honneur. Malheureusement, c’est à Iolcos que la femme d’Acaste lui fit bien des ennuis et causa le suicide d’Antigone.
 
Tu sais peut-être qu’à ce moment-là Zeus s’était épris de ma mère Thétis. Il était bien décidé à s’unir à elle lorsqu’il apprit qu’une prophétie affirmait que le fils de Thétis surpasserait son père. Zeus décida que seul un mortel devrait s’unir à Thétis, afin que sa progéniture ne devienne pas menaçante pour les dieux. Parmi tous les mortels, mon père fut choisi pour ce rôle, et justement il cherchait un moyen de se couvrir de gloire pour ainsi reprendre le contrôle de Phthia. C’est le centaure Chiron qui lui indiqua comment se faire maître de Thétis. Car ne te trompe pas, leur union fut un viol. Si par la suite ma mère, enceinte de moi, a accepté d’épouser Pélée, c’est uniquement par soumission. D’ailleurs, elle l’a vite quitté après ma naissance et aucun autre enfant n’est né.
 
Il est vrai qu’en tentant de me rendre immortel, elle m’a trempé dans les flammes et enduit d’ambroisie, mais mon père a interrompu son rituel, me laissant pratiquement invulnérable, mais pas immortel. La rumeur voulant que ma mère ait sacrifié six ou sept de ses enfants est une affreuse calomnie. Ma sœur Polydora, qui était déjà une jeune femme à l’époque de ma naissance, pourrait te le confirmer.
 
Pardonne ce long détour que j’ai emprunté pour répondre à tes questions, mais il me semblait utile.
 
Que les dieux te soient cléments!

Achille



Je te salue vaillant guerrier.

Je te remercie, noble Achille, d'avoir éclairci l'ineptie qui concerne ta famille.

Même si, comme tu l'écris, il fallait un long détour pour répondre à ma question, je conçois volontiers que c'était nécessaire.

Il est vrai que j'aime que les choses soient claires, mais néanmoins je ne peux m'empêcher de juger le comportement méprisable que ton père a eu envers ta mère! Et avec raison!

Je ne me révolte pas seulement parce que Thétis est une déesse mais parce qu'un viol est un acte des plus odieux!

Aussi cela me mène à te demander: quel rapport entretiens-tu avec ton père? Ces différends qui opposent tes parents entrent-ils en jeu dans vos relations père et fils?

Que les dieux te protègent,

Sabine



Salutations, amie Sabine!

Mon père n’a fait qu’obéir aux immortels. Si tu y penses un peu, tu verras que ce sont les dieux qui ont eu un comportement méprisable. Ma pauvre mère était vouée à être prise de force. Heureusement, à présent, elle a trouvé la paix auprès de sa famille et de la mer. Si ce n’était de moi qui lui cause bien des tourments, son bonheur serait complet.

Je n’aime pas les viols non plus. Je ne comprends surtout pas comment un homme peut trouver du plaisir auprès d’une femme qui ne soit pas consentante. Je t’avoue que je n’ai jamais abordé ce sujet avec mon père. Ma relation avec lui a toujours été bonne. Je ne l’ai que peu connu; je ne l’ai pas revu depuis l’âge de neuf ans. Je le respecte car il est mon père. Le culte des ancêtres est primordial pour nous.

Que ta santé soit bonne et ta maison prospère!

Achille

************************Fin de page************************