Diane
écrit à

   


Achille

     
   

Amour et Gloire

    Achille,

Vous êtes un vaillant guerrier, particulièrement fier et arrogant, mais sans conteste un des plus grands de notre histoire.

Je ne sais si j'obtiendrai une réponse rapide, bien que je l'espère fortement. À vous seul je peux demander si Hélène aimait réellement Pâris. J'avoue admirer cette femme, même si d'autres la dédaignent. Je suis encore jeune et crois à l'amour sincère et intense, mais je suis de plus en plus déçue par ce monde qui se construit et détruit chacun de mes espoirs. Mais un guerrier comme vous ne peut pas croire en un sentiment aussi profond, tout au moins je n'ose pas l'imaginer. J'ai longtemps pensé que tous pouvaient changer par amour, mais Briséis n'a rien bouleversé dans votre vie, ce n'était qu'une prise de guerre, ce sont vos mots. Et les arrogants, les hommes supérieurs ne se laissent pas «embobiner» par de telles créatures. La gloire et la guerre, voilà le seul plaisir des hommes de notre monde et du vôtre, la paix les embrouille. Bien sûr, les femmes font aussi partie de leur vie, mais cela n'est qu'un vulgaire amusement, rien de plus. Peut-être que je me trompe sur vous, j'aimerais connaître l'histoire du grand Achille. Votre histoire.

Adieu.

Diane


Ô Diane aux espoirs plus grands que nature!

Qui t'a déçue pour qu'ainsi tu pleures sur le sort de l'amour? Qui t'a prouvé que l'amour ne gagne pas toutes les guerres pour que ton coeur, mi-amer mi-résigné, se dévoile ainsi à moi?

Tu as raison, les hommes ne peuvent changer par amour parce que l'amour n'est qu'une facette de cette vie. À quoi sert l'amour d'une femme à un homme qui veut conquérir bien au-delà d'un coeur? Les hommes sont motivés par le pouvoir, la richesse et l'honneur. Comment une femme, même aimante, peut-elle changer pareille destinée?

Briséis ne m'a pas changé, car elle n'était pas mon amour. Je l'appréciais, mais je ne l'aimais pas. La seule femme que j'aime réellement, c'est ma douce épouse, Déidamie aux bras blancs. Bien que mon amour pour elle soit entier, je ne serais pas resté auprès d'elle au lieu de venir combattre en Phrygie, auprès des Achéens aux beaux jambarts. Un tout autre sentiment, qui n'a rien à voir avec l'amour, me poussait à m'embarquer sur mon navire creux en direction de la Troade: le désir de gloire, que l'homme caresse avec plus de passion qu'une femme. Triste réalité pour de si jolies et tendres créatures, mais que faire?

Alexandre aimait-il Hélène et Hélène aimait-elle Alexandre? Je ne sais pas. Comment savoir? Hélène ne perdait rien en s'installant à Troie, la bien située. Troie est une cité plus riche que Sparte, et Alexandre a le visage d'un dieu. Rien à voir avec Ménélas. Deux possibilités: Hélène tomba follement amoureuse d'Alexandre et abandonna tout pour lui ou Hélène tomba amoureuse des richesses de Troie et s'embarqua avec Alexandre.

Hélène ne peut qu'être admirée, elle est fille de Zeus!

Herrôssô!

Achille