Léonidas
écrit à

   

Achille
Achille

     
   

Achille et Léonidas

    Mon cher Achille,

Bonjour à toi Achille, et surtout sache que j'ai le plus grand respect pour toi et tes hommes et je tiens d'avance à m'excuser si tu crois que je ne te respecte pas.

Je voulais savoir comment tu me considères car même si nous ne sommes pas proches, nos faits d'arme sont sensiblement les mêmes et j'ai moi aussi conduit mes hommes à une gloire éternelle, mais la guerre de Troie a débuté à Sparte quand la belle Hélène est partie avec le prince Paris, ce traître, et le roi Ménélas a demandé à son frère Agamemnon de se battre à ses côtés...

Merci de me répondre, brave Achille, et sache que les portes de mon royaume te seront toujours ouvertes.

Léonidas, roi de Sparte

Salut à toi, Roi Léonidas!

Malheureusement, je n'ai pas l'honneur de te connaître. Es-tu un ami de mon père, le roi Pélée? As-tu pris possession de Sparte alors que Ménélas se bat à Troie?

Achille

Le roi Léonidas te salue, grand Achille!

Je n'ai pas la chance d'avoir connu ton père, Achille, car je suis plus vieux que lui.

Si tu as le temps je vais te raconter mon histoire: je suis né à Sparte, j'ai été élevé avec ma mère jusqu'à ce que j'aie sept ans, puis on m'a enlevé pour me mettre à l'académie militaire, où j'ai appris à ne pas écouter mon corps et à surpasser ma force grâce à l'entraînement; puis lors du grand hiver je suis parti chasser le grand loup blanc, avec pour seule compagnie ma lance et un pagne. Après avoir tué le loup, je suis devenu roi de Sparte. Ma cité a prospéré jusqu'à l'arrivée des Perses qui ont voulu annexer mon royaume au leur, mais nous sommes un peuple libre. Pour bloquer leur avancée, j'ai décidé, moi et ma garde personnelle, de défendre la passe des Thermopyles où je me bats toujours sans répit.

Mais mes soldats ont beau être courageux et sans peur, j'aurais grand besoin d'aide; mais à vaincre sans honneur on triomphe sans gloire.

Garde courage, Achille, mon frère!

Achille te salue, Roi Léonidas de Sparte!

J'ai consulté la Grande Évita et ma mère, la Divine Thétis, et toutes deux m'affirment que tu as vécu bien après moi, longtemps après que mon père aura cessé de régner.

Tout de même, ta vie n'est pas dépourvue d'intérêt. Tu sembles être un noble guerrier.

N'abandonne pas et peut-être seras-tu digne du regard des dieux!

Achille