Lettre d'acceptation
d'Achille
à l'Éditeur
       

       
         
         

Achille

      Salut à toi, ô dame Amélia, prêtresse de Dialogus!

Ici, la guerre fait rage. Cela fait dix ans que la coalition achéenne assiège la sainte cité de Troie; mais, toujours, aucun signe de reddition de la part du peuple troyen. Malgré tout, le généralissime Agamemnon est déterminé à être vainqueur. Contrairement à bien d’autres guerriers qui convoitent le doux retour sur leurs terres natales, je désire rester à jamais en Troade. Mourir ici et trouver le repos dans le tombeau, dans l’urne même qui contient les cendres du meilleur des Achéens, de mon bien-aimé Patrocle.

Tous les jours, tant que dure la course du soleil dans le ciel, je me bats sur la plaine et toutes les nuits, je me soumets à l’insomnie et aux fantômes du passé. En attendant que la mort éclatante me dompte, j’accepte de répondre aux messages de ce peuple venu d’un autre temps. Ma vie, quoique courte, fut bien remplie et je suis disposé à en révéler toutes les facettes. Mes seules consolations sont le vin que mes esclaves mélangent dans le cratère, le son de ma lyre qui apaise mon âme et le souvenir de ceux que j’ai aimés et les exploits que j’ai accomplis avec eux.

Que les dieux soient témoins de notre entente!

Achille